Paramètres Environnementaux

< Retour Environnement
Paramètres environnementaux

Achat de cellulose certifiée

Achat de pâte à papier certifiée
72% 2014
36% 2006

Lecta garantit l’origine durable du bois qu’elle emploie pour la fabrication de ses produits et peut garantir que celui-ci est issu uniquement de sources légales et non conflictuelles, toutes certifiées ou contrôlées. Preuve en est l’obtention des certifications multi-site de chaîne de traçabilité PEFCTM et FSC® pour la totalité de sa production.

Au cours des dernières années, Lecta a augmenté significativement ses achats de cellulose certifiée, passant de 36% en 2006 à 72% en 2014. La cellulose restante provient de sources contrôlées et acceptées par les certifications elles-mêmes.

Outre les certifications PEFC et FSC, Lecta respecte le Règlement Européen sur le Bois (Règlement nº 995/2010), qui interdit la mise sur le marché européen du bois ou de produits du bois issus d’exploitation illégale.

Émissions de CO2

Émissions de CO2 (t CO2/t)
Graphique des émissions de CO2
0,34 2014
0,40 2006

L’industrie papetière est l’un des secteurs les mieux positionnés dans la lutte contre le changement climatique : elle se base sur une source de matière première naturelle et renouvelable, l’arbre, qui absorbe le CO2 pendant sa croissance ; le carbone stocké n’est pas libéré lors de la coupe de l’arbre, mais reste dans les produits papetiers, qui sont de véritables stocks de CO2 ; une fois utilisé, le papier peut être recyclé plusieurs fois, prolongeant ainsi la durée de séquestration du carbone, et même lorsque le papier n’est plus apte au recyclage, celui-ci peut être utilisé comme biocombustible, comme de la biomasse, ce qui permet de réduire les rejets et les émissions produites par celles-ci.

Toutes les usines de Lecta réalisent un contrôle strict des émissions de CO2 et, depuis 2006, les émissions de CO2 par tonne de papier ont été réduites de plus de 15% suite à la mise en oeuvre de plusieurs projets d’économie d’énergie.




Consommation énergétique

Consommation d’énergie (MWh/t)
Graphique de la consommation d'énergie
2,27 2014
2,48 2006

L’utilisation efficace et durable de l’énergie est une priorité pour Lecta, qui a réussi à réduire de 9% sa consommation spécifique d’énergie depuis 2006.

La mise en place d’un système de gestion énergétique certifiée selon la norme ISO 50001 dans toutes les usines du Groupe implique une analyse exhaustive des points du processus de fabrication susceptibles de présenter des économies énergétiques et la mise en oeuvre des mesures qui en résultent afin d’optimiser la consommation énergétique. Ces mesures se sont concrétisées par l’installation d’équipements plus efficaces qui, associée à la sensibilisation toujours croissante du personnel, a permis de réduire la consommation d’énergie en dessous des 2,3 MWh par tonne.




Cogénération

Énergie autoproduite
Graphique de puissance auto-généré
140% 2014
101% 2006

La cogénération est un système de génération d’énergie très efficace car elle permet de produire de manière simultanée de l’énergie électrique et de l’énergie thermique pour la consommation industrielle, conduisant à économiser de l’énergie primaire et réduire les émissions de gaz à effet de serre, et améliorant également la compétitivité industrielle.

De plus, la cogénération génère des avantages pour la collectivité ou le territoire où elle se situe, en améliorant la distribution électrique, l’efficacité du transport de l’énergie et en diminuant sa dépendance aux facteurs externes.

Dans le but de contribuer à l’amélioration de l’efficacité énergétique et, par conséquent, à la réduction des émissions des gaz à effet de serre, les usines de Lecta à Saragosse, Leitza, Motril, Sant Joan les Fonts, Condat et Cartiere del Garda disposent d’usines de cogénération, alimentées en gaz naturel, la plus propre et efficace des énergies fossiles, et l’une d’entre elles utilise également la biomasse comme combustible, produisant de l’énergie issue de sources renouvelables.

Utilisation de l’eau

Débit d’eau (m3/t)
Graphique d'utilisation de l'eau
11,29 2014
14,20 2006

Les processus de fabrication de cellulose et de papier utilisent de grandes quantités d’eau. Cependant, la quasi-totalité de l’eau retourne dans l’environnement : près de 95% revient dans les cours d’eau d’origine et pour les 5% restants, une partie est envoyée dans l’atmosphère, sous forme de vapeur, et une autre partie reste dans la feuille, constituant le pourcentage d’humidité.

Toutes les usines de Lecta analysent de façon continue différentes options pour réduire la quantité d’eau nécessaire à la production de papier et cellulose. Au cours de la période 2006-2014, le débit d’eau rejetée a été réduit de plus de 20% grâce à la mise en oeuvre d’améliorations dans les systèmes de réutilisation de l’eau de procédé, l’installation de nouveaux équipements et également une plus grande sensibilisation du personnel à l’importance d’une gestion efficace de cette ressource.




Qualité de l’eau

MES (Kg/t)
Graphique de qualité de l'eau
0,17 2014
0,27 2006

Les principaux paramètres mesurant la qualité de l’eau renvoyée dans la nature dans l’industrie papetière sont la Demande Chimique en Oxygène (DCO), les Matières en Suspension (MES), et les Composés Organiques Halogénés (AOX) générés par l’utilisation de chlore pendant le processus de blanchiment de la cellulose.

DQO (Kg/t)
Graphique DQO
1,29 2014
1,80 2006

Lecta a réduit la Demande Chimique en Oxygène (DCO) de plus de 38% depuis 2012 et les Matières en Suspension (MES) de 15% au cours de la même période.

En 2014, la quantité de DCO de Lecta était de 1,29 kg par tonne, surpassant largement l’engagement pris dans le Rapport Environnemental 2012 de réduire la DCO à une valeur inférieure à 2 kg/t.

L’installation d’une nouvelle station d’épuration biologique dans l’usine de Saragosse en 2014, dans le cadre du Plan d’Investissements Environnementaux lancé en 2011, associée à une plus grande efficacité des processus d’épuration des eaux usées des autres usines, a permis une amélioration importante de la qualité des effluents au cours des deux dernières années.

Depuis 2001, 100% de la cellulose fabriquée par Lecta est ECF (Elementary Chlorine Free). En supprimant le gaz de chlore dans la séquence de blanchiment de la cellulose, les dioxines sont éliminées des effluents et la concentration en AOX est réduite de manière drastique, améliorant ainsi substantiellement la qualité de l’eau restituée. En 2014, les émissions d’AOX de Lecta ont atteint la valeur de 0,009 kg/t.

Boues sèches (Kg/t)

Graphique des boues sèches
9,01 2014
14,46 2006

Lecta est consciente de l’importance de réduire le volume des déchets et les émissions qu’ils produisent et a par conséquent mis en oeuvre de nombreuses mesures pour la diminution et la valorisation des déchets générés pendant la fabrication du papier.

Au cours des deux dernières années, Lecta a réduit les volumes de boues sèches par tonne produite de 12% grâce à l’investissement dans des systèmes de séchage plus efficaces et la récupération des eaux de coucheuse et des déchets issus de l’épuration cyclonique, qui sont réintroduits dans le processus de fabrication.




Valorisation de boues

Graphique de récupération des boues
95% 2014
42% 2006

En 2014, Lecta a réussi à valoriser 95% des boues générés au cours du processus de fabrication, en les transformant principalement en amendement agricole. Cela a permis d’exploiter des déchets qui étaient auparavant destinés à l’enfouissement.

Aujourd’hui, 100% des déchets générés par le processus de fabrication des usines de Condat, Saragosse, Motril et Leitza, sont recyclés.